Fév 262018
 

De retour de Cannes, où j’ai passé quatre jours intenses au Festival International des Jeux. Les objectifs de cette escapade cannoise étaient multiples : présenter Worldwide Football pendant le off, établir des contacts professionnels mais aussi prendre du plaisir ludique, que ce soit avec des nouveautés ou des grands classiques.

Allez, on passe sans transition au debrief day by day.

Jeudi 22 février

Rallier Niort à Cannes n’est pas la chose la plus simple quand on veut utiliser les transports en commun. Il faut d’abord rejoindre l’aéroport de Nantes en voiture, puis prendre l’avion jusqu’à Nice où l’on rejoint à pied la gare Saint-Augustin. Un TER nous permet alors de rejoindre la gare de Cannes, à deux pas du Palais des festivals. Enfin, en principe. Car ce jour-là, après 25mn de marche pour parvenir à la gare, j’apprends que des individus ont cru bon de stationner sur les voies. Plus de train en circulation, il va falloir trouver un plan B. Fort heureusement, je trouve des compagnons d’infortune en rencontrant les gérants du bar à jeux nantais La Fabrik à Jeux. Ni une, ni deux, nous décidons de retourner à l’aéroport et de partager le taxi pour enfin rejoindre Cannes. Un immense merci à eux, à qui je dois encore de l’argent à l’heure où j’écris ces lignes 🙂

Après avoir déposé mes bagages à l’hôtel, je pénètre enfin dans le Palais des festivals dont les portes sont ouvertes pour une journée pro. Je déambule dans les allées et prend conscience du gigantisme de la manifestation. Des jeux à perte de vue, des éditeurs qui ont mis les moyens (superbe mise en scène de When I Dream), une multitude d’autres maisons, plus petites mais pleines d’enthousiasme… C’est franchement impressionnant. Passé le stade de la contemplation, je rejoins mes amis d’Oka Luda dont je suis attentivement les aventures depuis le début. C’est parti pour une partie de l’excellent Samsara qui me confirme tout le bien que j’avais pensé de ce jeu lors de mon premier essai à Rochefort.

Vient ensuite le temps du pot d’accueil (découverte des délicieuses Socca Chips !) suivi de la cérémonie des As d’or. Pour la première fois, celle-ci avait lieu au Grand Auditorium, la prestigieuse salle qui accueille également la remise des Palmes d’or ! Plus de 2000 personnes assistent ainsi au sacre d’Azul (As d’or jeu de l’année), Nom d’un renard (As d’or enfant) et Terraforming Mars (As d’or expert).

Après un passage éclair dans ma chambre d’hôtel je rejoins le off pour animer des parties de Worldwide Football. Une première soirée relativement calme, même s’il ne fut pas évident d’animer des parties jusqu’à 2h du matin compte tenu de la densité de la journée.

Vendredi 23 février

La journée de vendredi commence par une rencontre avec Maxbabad, un auteur de jeux que j’ai connu grâce à Tric Trac et dont les projets m’interpellent au plus haut point. Car lui aussi s’intéresse aux thématiques sportives ! Nous profitons de l’espace pro pour tester tranquillement Basket Boardside, un proto qui, comme son nom l’indique, parle de basket. Une excellente expérience et si je trouve la partie « gestion » un peu longue, la partie « match » m’a franchement passionné. Max a su mettre au point une mécanique où la bonne gestion des remplacements et des tactiques est primordiale pour gagner, si bien que l’on se sent très vite dans la peau d’un coach confronté à des choix parfois très délicats. Un projet que je vais suivre de très près.

Vient ensuite le temps de deux conférences, l’une sur le journalisme et les jeux, l’autre sur la fabrication des jeux en France . Je ne vais pas vous mentir, ces conférences furent aussi un moyen pour moi de m’éloigner de la foule et de l’agitation parfois oppressante de la zone « grand public ». Il n’en reste pas moins qu’elles m’ont permis de mieux appréhender certains aspects du monde ludique professionnel, ce qui n’est vraiment pas un luxe dans mon cas.

Il me reste ensuite un peu de temps pour aller à la rencontre de Michel NGuyen, l’auteur d’un autre jeu de foot sorti dernièrement, j’ai nommé Foot Club. Je prends d’ailleurs le temps de tester le jeu et d’infliger à Michel un cinglant 2/0, bien aidé par des dés particulièrement coopérants. Bien évidemment, c’est aussi l’occasion de pointer les similitudes et différences de nos jeux respectifs. Foot Club a pour lui une certaine profondeur et une courbe d’apprentissage que j’imagine gratifiante si tant est que l’on s’investisse dans le jeu, là où Worldwide Football met clairement sur l’action et le fun immédiat. Bref, un même thème pour deux approches différentes : plus que concurrents, je crois avant tout que nos deux jeux sont complémentaires et ne toucheront pas nécessairement le même public.

Le off, ce soir-là, jouit d’une affluence proprement ahurissante, si bien que je dois faire tourner deux protos en même temps pour satisfaire la demande. Un exercice épuisant, d’autant plus que je fais tout pour garder la même énergie et maintenir une bonne ambiance à la table. Je fais au passage jouer Morgane, rencontrée à Lacanau, qui ne tarit pas d’éloges sur Worldwide en fin de partie alors même que le thème la laissait indifférente.  Le genre de compliments qui vous remotive pour un bon moment !

Je pense lever les voiles vers 1h30 du matin lorsque je décide sur un coup de tête de flâner au milieu des protos… jusqu’à tomber sur un jeu de tennis. Bien sûr, je m’assois instantanément à la table pour tester cette création. Si la mécanique me semble raccord avec le thème, elle requiert un peu trop de manipulation à mon goût et nuit à la fluidité qu’on peut attendre d’un jeu sur le tennis.  Surtout, son identité me semble encore mal définie : il se veut simulationniste, mais certaines cartes permettent carrément de changer de surface en cours de partie ou de manger une banane entre deux coups. WTF ?! Beaucoup de bonnes intentions mais un positionnement très incertain qui gâche tout ce beau potentiel.

Samedi 24 février

Une journée ultra chargée ! Un petit coucou pour commencer à la Team Huby Woky, que j’avais rencontrée au FLIP 2016, mon tout premier festival ludique. Distribué par Atalia, leur jeu de cartes à collectionner, sur lequel mon jeune neveu avait totalement craqué, a fait pas mal de chemin depuis. Tous mes vœux de réussite !

J’enchaîne ensuite sur une partie de Krom (en ce moment sur Kiss Kiss Bank Bank), dont je peux dire avec fierté que je suis le premier pledgeur. Nous avons là un jeu familial, aux illustrations pleines d’humour et qui combine avec bonheur gestion, hasard et baston. 26 € le pledge à retirer chez un partenaire, c’est un excellent deal, surtout avec la masse de stretch goals débloqués !

De manière un peu fortuite, je rencontre ensuite Michel Lalet dont j’avais précommandé l’ouvrage « Auteur de jeux de société, un art à part entière ». Je sollicite évidemment son ouvrage dédicacé et Michel se prête bien volontiers à l’exercice, mais aussi à la discussion sur le métier d’auteur de jeu. L’homme m’a paru d’une grande gentillesse et les premières pages de son livre me laissent penser que nous tenons là un ouvrage brillant, indispensable pour qui s’intéresse un tant soit peu à la création ludique.

Toujours un peu par hasard, je me joins à une famille en pleine partie de Panic Island. Le jeu revisite le memory en y ajoutant des contraintes supplémentaires : nécessité de trouver les paires dans le bon ordre, pression du temps, cartes-pièges. Coté rejouabilité, le jeu propose un système de « succès » avec des cartes supplémentaires à débloquer comme dans les jeux video, c’est plutôt bien vu. Simple à expliquer, le jeu est prenant, frénétique et plutôt joli : c’est un achat instantané.

Autre essai : The Lost Expedition, sur le stand de Blackrock. Il s’agit d’un coopératif ayant pour thème une expédition dans la jungle où rien n’est épargné aux aventuriers. Ces derniers devront s’organiser pour surmonter au mieux les embûches qu’ils ne manqueront pas de rencontrer, de la piqûre de serpent à la traversée de rivière, tout en préservant leur réserve de nourriture. L’expérience fut sympathique et la direction artistique du jeu, qui n’est pas sans rappeler Blake & Mortimer, est vraiment plaisante.

Pour fuir la foule venue en masse l’après-midi, je m’inscris ensuite à un tournoi Star Realms. Seulement 3 rondes desquelles je sortirai avec 2 victoires. Pas mal, je repars avec 2 cartes goodies.

Je termine enfin par une passage sur le Protolab où j’ai un échange très sympa avec Valérie Clément. Celle-ci me présente son proto « presque multi-primé » Escargot Sprint. Un stop ou encore pour les enfants qui fonctionne incroyablement bien avec les familles, j’ai pu en témoigner lors du dernier festival Ludix où Valérie fut nominé pour le Ludix d’Or !

Après un bon repas, place au off où Worldwide Football tourne encore à plein régime, sur deux tables en simultané. Les matchs ne se termineront qu’aux alentours de 2h !

Dimanche 25 février

Je découvre dans la matinée Opération Archeo. Conçu par Mathieu Baiget, archéologue de formation, ce jeu est un coopératif dans lequel les joueurs vont procéder à la fouille d’un terrain et tenter d’identifier au plus vite la nature de leurs découvertes. En tout cas, avant que les bulldozers ne débarquent ! Pour ma part, ce fut un excellent moment. Sur une thématique originale (et que je suppose parfaitement respectée), le jeu propose un matériel soigné et génère de vrais débats entre les joueurs pour déterminer la prochaine case à creuser. Un bel outil de médiation culturelle mais avant tout un très bon jeu !

Juste le temps de me greffer à une partie de Splendor (avec l’extension Orient) et il est déjà l’heure de repartir. Le trajet retour sera heureusement moins mouvementé que celui de l’aller, malgré une erreur de quai à la gare que l’on imputera à une fatigue bien compréhensible.

Cette première expérience à Cannes, bien qu’épuisante, restera inoubliable !

Fév 212018
 

Voilà deux semaines que la campagne de financement participatif de Worldwide Football a été lancée. L’animation d’une campagne de crowdfunding est encore plus chronophage que je ne l’avais imaginé et depuis, je n’ai pas trouvé le temps de publier le moindre billet sur ce blog !

Les quinze premiers jours de Worldwide Football sur Ulule sont des plus satisfaisants. La jauge de financement a atteint les 100% en moins de dix jours, il en aura fallu seulement quinze pour débloquer le premier stretch goal. Nous allons probablement connaître une nette décélération dans les jours qui viennent, en attendant le traditionnel rush de fin de campagne.

A moins que la présence de Worldwide Games sur le off du Festival International des Jeux de Cannes ne vienne changer la donne. Vous pourrez en effet retrouver Worldwide Football sur le off de la grand’messe ludique française, chaque soir du jeudi 22 au samedi 25 février. Fans, curieux ou indécis, je vous attends nombreux à ma table !

 

 

Fév 062018
 

Bonjour à tous !

La campagne de financement participatif du jeu Worldwide Football a démarré hier ! Ça se passe sur Ulule et le lien est le suivant :

https://fr.ulule.com/worldwidefootball

À l’heure où j’écris ces lignes, la jauge affiche déjà 40% des 4000 € nécessaires pour financer le jeu. Merci à tous ceux qui se sont mobilisés dès les premières heures de la campagne, ils ont un rôle déterminant dans la dynamique de celle-ci ! C’est un très bon départ, mais il ne faut pas relâcher nos efforts : l’objectif est d’atteindre les 100% le plus vite possible pour pouvoir commencer à attaquer les différents paliers de financements qui permettront de débloquer de nouvelles cartes.

Je rappelle que les soutiens dans les 48 premières heures verront leurs noms apparaître dans les remerciements des règles du jeu en tant que supporters ultras. Il n’y a donc aucune raison pour attendre ! 😉

Jan 292018
 

Nous sommes aujourd’hui à une semaine du début de la campagne de financement participatif de Worldwide Football ! L’occasion de vous dévoiler en avant-première l’illustration de la boîte de jeu. Je remercie chaleureusement Matthieu Martin d’offrir à Worldwide Football un écrin à la hauteur de mes espérances !

Alors que nous nous approchons de cette échéance ô combien importante, il est temps de vous dévoiler toutes les dates du Worldwide Football Tour :

– les 3 et 4 février à Lacanau, festival Lacanau en jeu,
– le 10 février à la ludothèque de Niort, de 15h à 18h,
– le 11 février au Warp Ludique, à la Roche-sur-Yon, de 14h à 18h,
– le 17 février à La Fabrik à Jeux, à Nantes, de 14h à 19h,
– du 22 au 24 février, au off du Festival international des jeux de Cannes,
– le 3 mars au magasin Jeuxvideo.fr de Saintes, de 10h à 16h,
– le 3 mars au Joker, bar ludique à Saintes, à partir de 16h,
– les 9, 10 et 11 mars au Festival du jeu de société de Pau.

Sur chacun de ces événements, vous aurez le loisir de tester le jeu dans une version prototype très proche du jeu final. Je vous attends nombreux à ma table !

Nov 222017
 

Deux journées intenses

4h30 de route pour arriver à La Roche Blanche : c’est long, mais cela en vaut la peine. Ludix est, à ma connaissance, le seul festival qui mette à ce point en avant la création ludique. Les prototypes constituent le cœur du festival et l’on se bouscule pour s’asseoir à la table des auteurs. Il faut le voir pour le croire ! Revers de la médaille : pour ces derniers, qui doivent évidemment animer leur table, il n’y absolument aucun temps mort. Les parties s’enchaînent à un rythme effréné et pour ma part, ma voix a eu toutes les peines du monde à tenir jusqu’au bout. Mais comment pourrais-je m’en plaindre ? 🙂

Ludix décerne quatre récompenses parmi une sélection de quarante prototypes. En 2016, Worldwide Football avait obtenu une nomination inattendue pour le Prix de la Jeunesse, sans pour autant repartir avec le trophée. Je revenais cette année avec un prototype transformé tant sur sa mécanique que sur ses illustrations : il semblerait que ces améliorations aient séduit le jury ! Worldwide Football est en effet revenu d’Auvergne auréolé d’une nomination pour le Ludix d’Or. Une fois encore, il ne parviendra pas à repartir avec le prix mais qu’importe : figurer parmi les cinq finalistes est, en soi, une belle victoire.

Une nouvelle fois, je remercie le Service Animation Jeunesse d’offrir une aussi belle vitrine aux auteurs. L’organisation est irréprochable, l’accueil toujours sympathique : je reviendrai sans la moindre hésitation !

Coup de cœur pour Accessijeux

Je le dis souvent sur ce site : un festival ludique est avant tout une histoire de rencontres. Ludix fut notamment l’occasion de sympathiser avec Monsieur Guillaume du site Tric Trac, dont la bonne humeur est particulièrement communicative. Mais plus encore, j’aimerais vous parler ici de Xavier Mérand, un des membres du jury de cette édition 2017. Xavier a une particularité : il est malvoyant ce qui, je dois bien l’admettre, me paraissait être un handicap insurmontable pour s’adonner aux jeux de société. Venu à ma table pour tester Worldwide Football, Xavier m’a fait la démonstration éclatante que je me trompais ! Avec un peu d’aide de ma part, il a su diriger à merveille la sélection italienne pour obtenir un excellent nul (1-1) contre l’équipe de France.

Xavier m’a expliqué être le président d’Accessijeux, une association œuvrant pour l’accès des personnes non-voyants et malvoyantes aux jeux de société. Je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à ce jour mais son action force mon admiration. Mon regard sur ce handicap a clairement changé ce week-end : c’est sans aucun doute le plus grand enseignement que je retiendrai de mon passage en Auvergne.

Nov 172017
 

Pour la deuxième année consécutive, Worldwide Football sera au festival Ludix, à La Roche Blanche (63). Organisé par le Secteur Animation Jeunes, Ludix est un festival entièrement dédié  à la création. 40 auteurs seront présents avec leurs prototypes avec, pour certains, le secret espoir de décrocher le Ludix d’Or. Pour Worldwide Football, après deux festivals en milieu geek, ce sera surtout l’occasion renouer avec un public familial. J’ai sincèrement hâte d’y être !

Ludix 2017

Nov 062017
 

Salon du Jeu 2017

Du football dans un univers de fantasy

Un festival où Worldwide Football faisait un peu figure d’intrus ! Le Salon du jeu était en effet un événement annexe au Salon Fantastique. On retrouvait parmi les exposants des personnalités telles que Didier Guisérix, illustrateur de l’âge d’or du mythique magazine Casus Belli. On croisait aussi dans les allées de l’espace Champerret des visiteurs déguisés en créatures étranges de toutes sortes. Bref, on évoluait dans un univers à des années-lumières des préoccupations footballistiques !

Il a donc parfois fallu recruter les joueurs directement dans les allées, d’autant plus que la protozone était bien cachée au fond de la salle. Finalement, le flux de 20 000 visiteurs (!) aidant, j’ai réussi à faire jouer une vingtaine de parties sur ce week-end, soit plus que sur n’importe quel autre festival ! Et Worldwide Football a même séduit les plus réfractaires au football : à la question « souhaitez-vous jouer la deuxième mi-temps ? », je n’ai pratiquement reçu que des « oui » enthousiastes pour un seul « non ». Il faut dire que j’ai bien été aidé par la version illustrée du prototype, nettement plus attractive. Et ce n’est pas Anaëlle et Émilie qui diront le contraire…

Un festival de rencontres !

Beaucoup de belles rencontres sur ces deux jours. Commençons par Aurel (le garçon au haut-de-forme sur la photo) qui, à 14 ans, s’est révélé être un coach redoutable. A l’arrivée, une victoire 2 à 0 et mon respect éternel : je n’avais encore jamais vu un joueur débutant faire preuve d’un tel sens tactique ! Dans la discussion d’après-match, Aurel, très enthousiaste sur Worldwide Football, m’a expliqué qu’il créait lui-même des jeux de son côté. J’espère sincèrement découvrir un jour ses prototypes !

Autre excellent moment : la visite de Benjamin, organisateur de la coupe du monde de Worldwide Football et sans conteste le fan le plus hardcore du jeu. Benjamin était venu spécialement de l’Essonne pour me défier et a commencé par m’offrir une bière pour affecter ma lucidité. Une ruse habile que j’ai fort heureusement su déjouer : à la tête de la France, j’ai triomphé de l’Italie de Benjamin 2 buts à 1. L’honneur est sauf ! Le tournant du match restera sans conteste ce pénalty italien magistralement arrêté par le gardien français. Je pense que Benjamin a dû y repenser toute la nuit…

Un peu de pub, enfin, pour le papa d’une des jeunes joueuses dont j’ai animé la partie. Celui-ci n’est autre que l’auteur du Dico des Bleus ! L’ouvrage sortira le 8 novembre et devrait ravir tous les amoureux du ballon rond.

Une première pleine de promesses

Malgré une organisation un peu approximative le samedi, je suis reparti franchement ravi de Paris. Tout ne pouvait pas être parfait pour cette première et Farid, responsable de la protozone, était à l’écoute des remarques des différents auteurs. Je n’ai donc aucun doute sur le fait que ce festival prendra la trajectoire d’une progression constante. Fait notable : pour la première fois de ma vie d’auteur, on m’a offert une boîte de jeu pour me remercier d’avoir fait le déplacement. Une attention qui m’a vraiment touché, un grand merci à Farid et à toute l’équipe des bénévoles !

Oct 102017
 

Games Tours Festival 2017

Worldwide Football tout près du but !

Je dois avouer que je ne savais pas trop à quoi m’attendre en arrivant au centre Vinci pour cette première édition du Games Tours Festival. La manifestation brassait très large avec toutes sortes d’animations liées à la culture geek (retrogaming, cosplay, tournois de jeux vidéo…) et le jeu de société n’était là qu’un représentant de la chose ludique parmi d’autres. Si on ajoute à cela le fait que la protozone était située au fin fond du deuxième étage, il y avait de bonnes raisons de craindre que le public ne se bouscule pas pour jouer à Worldwide Football. Pour autant, après une matinée calme comme j’en ai maintenant l’habitude sur tous les festivals, les parties se sont bien enchaînées dès le samedi après-midi. Worldwide Football a gagné de nouveaux fans et a même reçu la visite de Julien Lepers, guest star haute en couleurs du festival !

Après chaque festival, j’ai coutume de vous annoncer sur ce site les changements auxquels je compte procéder sur le jeu. Et bien là, rien. Pas la moindre idée d’amélioration sur le week-end. Faut-il y voir le signe que Worldwide Football arrive à maturité ? Coté mécanique et équilibrage, je commence à envisager la campagne de financement participatif avec une relative sérénité.

Chronique de protozone

Je vais donc en profiter pour vous parler de mes voisins de protozone. Car une fois n’est pas coutume, j’ai pu essayer les jeux des différents auteurs présents au Games Tours Festival.

Commençons par Tommy et son Trio Fruité, un prototype qui mêle réflexion, enchères et déduction.  Derrière son apparente simplicité, le jeu cache une certaine profondeur : on est typiquement dans le format que j’affectionne. Trio Fruité faisait là ses premiers pas et j’imagine qu’il sera encore amélioré dans les prochains mois. Un projet qui je suivrai avec attention !

Passons ensuite à Zombie A-social club, un jeu de cartes au thème satirico-survivalo-zombie. J’ai trouvé le thème bien rendu : on ressent une certaine pression pendant la partie tout en ayant de vrais choix tactiques. Difficile de se faire un avis très net tant le jeu me semble avoir une véritable courbe d’apprentissage, mais il est certain que je rejouerais avec plaisir. L’humour dont Zomie A-social Club fait preuve n’est sûrement pas étranger à cela.

Enfin, je ne peux pas terminer ce tour d’horizon sans parler de Benjamin Lavie et de son jeu de culture musicale Clef de Sol. Comme toujours, il a suffi de quelques joueurs décidés à donner un peu de la voix pour que l’ambiance décolle à sa table. Étant moi-même amateur de musique en général, j’attends l’édition de Clef de Sol avec impatience !

Je ne peux malheureusement pas vous donner mes impressions sur Brigantin que je n’ai pas eu l’occasion de tester. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui manquait tant je trouve les visuels de ce prototype séduisants. Au vu de l’affluence à la table de Frédéric, je ne peux m’empêcher de penser que sa création a de vraies qualités ludiques… Promis, je me ferai une place à sa table au prochain festival où l’on se croisera.

Remerciements

Pour conclure ce billet, quelques mots de remerciements. D’abord pour Valentin et tout le staff d’organisation : Tours a su nous accueillir dans les meilleures conditions malgré le stress bien compréhensible de cette première. Mais aussi et surtout pour Cécile, ma compagne, sans qui ma présence à Tours eût été impossible compte tenu de ma jambe dans le plâtre. Jambe qui attend toujours que Julien Lepers trouve un feutre pour y apposer sa signature à l’heure où je vous écris…

Oct 062017
 

Les amis, j’ai longtemps cru ne pas pouvoir venir au Games Tours Festival. La semaine dernière, une marche d’escalier mal négociée m’a valu de me retrouver avec le bas de la jambe droite dans le plâtre. Et mon rendez-vous hier chez le médecin m’a confirmé qu’il allait falloir que je m’y habitue pour les semaines à venir. Forcément, impossible de conduire et de montrer Worldwide Football en festival.

Mais j’ai une copine extraordinaire qui, pour ne pas ajouter à mon malheur, a décidé de m’amener jusqu’à Tours ce week-end. Je lui en suis infiniment reconnaissant : grâce à Cécile, vous pourrez découvrir Worldwide Football au centre Vinci !